11 MayLes mystères de la guérison

Guerisseur donnant une guerison par imposition des mains

Guérisseur donnant une guérison par imposition des mains

La guérison est un processus de transformation qui requiert différents ingrédients. Quels sont-ils ? Et en quoi un guérisseur peut-il nous aider à retrouver notre intégrité physique et énergétique ?

La guérison est un retour à l’équilibre

La guérison signe la disparition d’un ou plusieurs symptômes. Autrement dit, elle témoigne d’un retour à l’équilibre qui est la santé. Or, tous les organismes vivants ont la capacité innée à maintenir un état de bien-être nécessaire à leur survie. C’est ce que Claude Bernard a dénommé l’homéostasie. La recherche d’un équilibre vital est donc ancrée au plus profond de nous, sans même que nous en ayons conscience. C’est la raison pour laquelle notre attention se porte par défaut sur ce qui nous manque, et sur ce qui pourrait combler nos besoins. De même, pour retrouver notre intégrité physique et restaurer ainsi l’équilibre, nous sommes dotés d’une capacité d’autoguérison. Nous pouvons en faire l’expérience quand une plaie a cicatrisé par exemple. Mais nous en connaissons rarement la portée…

Cette capacité d’autoguérison porte sur deux niveaux : notre corps physique constitué de cellules, etc. mais aussi notre corps énergétique. Car nous sommes aussi constitués par nos pensées et nos émotions qui, pour être impalpables, n’en demeurent pas moins réelles. Nous vivons à la fois dans une réalité physique et une réalité énergétique qui loin de s’opposer, comme on pourrait hâtivement le croire, se complètent parfaitement. Et si la médecine conventionnelle s’attache à créer la guérison du corps physique, un guérisseur se concentre, quant à lui, sur sa dimension énergétique.

Les ingrédients de la guérison et le rôle du guérisseur

La physique quantique a démontré dans quelle mesure la pensée ou l’esprit a une influence sur la matière. Rien d’étonnant donc à ce que la première condition pour que la guérison se produise soit la confiance. La confiance envers l’approche utilisée par le thérapeute. À ce titre, l’efficacité des placebos n’est plus à prouver. De même, un guérisseur digne de ce nom nous tiendra toujours responsable de notre guérison. En utilisant l’énergie pour nous aider à revenir à notre état d’équilibre, le guérisseur accomplit la moitié du chemin. Le succès de la démarche nous appartient en fin de compte…

Pourquoi donc ? Car l’autre ingrédient essentiel est notre ouverture à la guérison et en l’occurrence, au changement. En d’autres termes, elle dépend étroitement  de notre volonté consciente et inconsciente (c’est souvent là que le bât blesse) de retrouver notre intégrité. Si par exemple, nous sommes en proie à des résistances, la guérison se produira dans le meilleur des cas de manière partielle…

Cette idée peut sembler étrange de prime abord car elle ne correspond pas forcément à l’expérience que nous pouvons faire dans notre vie quotidienne avec nos sens, dans la réalité physique. Et pourtant, c’est vrai. Si nous recevons par exemple une guérison et sommes à nouveau en équilibre énergétique, elle risque de ne pas durer si nous ne sommes pas prêts, au fond de nous, à être guéris. Nous risquons alors de retrouver notre ancienne manière d’être et le symptôme associé. Un symptôme résultant d’une tension (stress) dans notre conscience qui se matérialise dans notre corps physique.

L’existence de guérisons miraculeuses (« rémissions spontanées ») témoigne de cette double dimension physique et énergétique de la guérison. Qui, en fait, n’en est qu’une puisque l’esprit et la matière ne s’opposent pas mais se complètent.  🙂

À lire aussi :

Ho’oponopono, un outil thérapeutique hors du commun

Loi de l’attraction : comment en tirer parti ?

Physique quantique : ce qu’elle nous apprend sur la réalité

Ondes scalaires, la symphonie de l’Univers

L’expérience de mort imminente, une fenêtre sur l’au-delà ?

 

Leave a Reply

*