23 AprLa face cachée de Paris

La cathedrale Notre-Dame de Paris et l'ile de la Cite

La cathédrale Notre-Dame de Paris et l’île de la Cité © Vichaya Kiatying-Angsulee / FreeDigitalPhotos.net

Pour la plupart d’entre nous, Paris est synonyme de tour Eiffel, Champs-Élysées, Moulin Rouge, Sacré-Cœur, Notre-Dame de Paris, musée du Louvre, grands magasins… Si ces endroits valent certes le détour, il existe aussi un Paris caché, intime, qui se dévoile à tous ceux qui sortent des sentiers battus. Visite guidée.

Loin du vacarme des grandes artères commerçantes, Paris a un charme qui se révèle à ceux qui veulent bien partir à sa découverte. Places cachées, ruelles secrètes… Il ne s’agit pas forcément d’être initié pour connaître ce que la Ville Lumière peut offrir de mieux mais simplement de prendre le temps de flâner hors des sentiers touristiques.

Voici donc des lieux à découvrir dans Paris avec cette petite sélection personnelle suite à 11 ans (déjà !) de vie dans la capitale :

– les passages et galeries, autant de parenthèses surannées au cœur de la ville :

  • la galerie Vivienne, ma préférée car c’est la plus raffinée avec sa décoration Empire et sa mosaïque sur le sol (4, rue des Petits-Champs, 75002),

  • la galerie Colbert, sa jumelle, avec sa décoration qui rappelle Pompéi et sa vaste coupole (6, rue des Petits-Champs, 75002),

  • le passage Choiseul, le plus long, où se trouvait le premier éditeur de Paul Verlaine (40, rue des Petits-Champs, 75002),

  • le passage des Princes, le plus récent, avec sa belle verrière (5 bis, boulevard des Italiens, 75002),

  • la galerie Véro-Dodat, de style néo-classique, fréquentée par Chopin (19, rue Jean-Jacques Rousseau, 75001),

  • le passage des Panoramas, le plus ancien (de 1799) et très animé car se trouvant près des boulevards et du théâtre des Variétés (11-13, boulevard Montmartre, 75002),

  • le passage Jouffroy, construit tout en fer et en verre (10-12, boulevard Montmartre, 75009),

  • le passage du Grand Cerf, le plus haut (12 mètres) (145, rue Saint-Denis, 75002).

Bien évidemment, cette liste n’est pas exhaustive et je vous recommande à ce titre l’ouvrage Passages couverts parisiens de Jean-Claude Delorme et Anne-Marie Dubois (éditions Parigramme, 2014).

Montmartre dès qu’on s’éloigne du Sacré-Cœur et de la place du Tertre, jolis mais très touristiques. Flânez donc vers le château des brouillards (allée des brouillards), le passe-muraille (place Marcel Aymé) et le surprenant vignoble de Montmartre (rue Saint Vincent/rue des Saules). Tous les ans d’ailleurs, une fête des vendanges est organisée début octobre. Des vignes encore dans Paris, qui l’eût cru ? Sans oublier le Lapin Agile, célèbre cabaret d’artistes du début du XXe siècle, qui se trouve juste à côté et enfin, le charmant musée de Montmartre et les jardins de Renoir (12, rue Cortot, 75018).

Musee de Montmartre, dans les jardins de Renoir

Musée de Montmartre, dans les jardins de Renoir

– la place du marché Saint-Honoré non loin de la place Vendôme (75001), un lieu tranquille pour aller dîner ou juste prendre un verre à l’abri de l’agitation parisienne.

– la rue Jacques Callot, non loin d’Odéon, et La Palette, son café-restaurant très parisien (43, rue de Seine, 75006) fréquenté notamment par Cézanne, Picasso, Braque et Ernest Hemingway.

– la pittoresque rue de Furstenberg derrière l’église Saint-Germain-des-Prés où se trouve le musée Eugène Delacroix (75006).

– la place de l’école Polytechnique, non loin du Panthéon (au croisement de la rue Descartes et de la rue de la Montagne Sainte-Geneviève, 75005).

– la verte rue du Trésor, qui offre un havre de paix pour dîner ou boire un verre dans le très animé quartier du Marais (75004).

– la jolie rue pavée des Barrés, derrière l’église Saint-Gervais (75004), où le temps semble s’être arrêté.

La rue des Barres

La rue des Barrés

– la très agréable place du marché Sainte-Catherine dans le Marais (75004), à deux pas de la rue de Rivoli mais loin du brouhaha parisien. Parfaite pour une halte dans la ville.

– le village Saint-Paul, une véritable enclave cachée au sein de la ville entre la rue Saint-Antoine et la Seine (75004). Vous pourrez notamment y trouver des boutiques d’antiquité, de design, de brocante et de métiers d’art.

– le Coupe-Chou, un restaurant avec cheminées et murs en pierre pour un dîner romantique et hors du temps (9 & 11, rue de Lanneau, 75 005).

– les rues pavées des Cannettes, Guisarde et Princesse entre Mabillon et l’église Saint-Sulpice (75006).

– les ruelles de l’île de la Cité (juste derrière Notre-Dame de Paris) où se situe, entre autres, l’une des plus vieilles bâtisses de Paris transformée en restaurant aux allures médiévales (Au vieux Paris, 24 rue chanoinesse, 75004).

– Connaissez-vous la plus ancienne auberge de Paris (de 1407), aujourd’hui classée monument historique ? Située au 51 rue de Montmorency (75003), cette maison où vécut Nicolas Flamel, le fameux alchimiste, a été transformée en restaurant gourmet : l’Auberge Nicolas Flamel.

Pour finir, admirez les lumières des Bateaux-Mouches et autres ponts miroiter sur la Seine à la nuit tombée : un paysage qui aurait certainement plu à Claude Monet.

Vous pouvez aussi prendre de la hauteur en montant au bar de la tour Montparnasse (56e étage, entrée au 33, avenue du Maine, 75015) et admirer la Ville Lumière. Le soir bien sûr, c’est encore mieux ! C’est pour moi la meilleure vue de Paris par rapport à celle de la tour Eiffel et de l’Arc de triomphe.

Comme le disait Ernest Hemingway dans l’ouvrage du même nom, « Paris est une fête ». 🙂

À lire aussi :

À l’ombre des cerisiers japonais…

 

Leave a Reply

*