29 DecHo’oponopono, un outil thérapeutique hors du commun

Le docteur Ihaleakala Hew Len

Le docteur Ihaleakala Hew Len

Si Ho’oponopono ne vous dit rien, vous ne pourrez plus oublier ce terme quand vous connaîtrez l’histoire du docteur Len, un psychologue hawaïen qui a utilisé cette méthode peu conventionnelle pour guérir des malades mentaux criminels sans même les voir…

Un thérapeute pas comme les autres

Quand le Dr. Ihaleakala Hew Len commence à travailler dans cet hôpital psychiatrique d’Hawaï en 1984, il règne une ambiance délétère dans l’établissement accueillant une trentaine de psychopathes coupables de meurtre, viol, usage de drogue ou voies de fait. Les criminels internés ont un comportement agressif qui nécessite l’isolement. Les médecins et les infirmières rasent les murs, redoutant d’être, à leur tour, l’objet d’une agression. Le malaise est palpable au sein de l’équipe soignante : les psychologues et le reste du personnel médical démissionnent au bout d’un mois quand ils ne manquent pas à l’appel car ils sont tombés malades…

Mais quelques mois après l’arrivée du docteur Len, la situation s’améliore de façon notoire : les cellules d’isolement se vident, les traitements s’allègent, certains cas considérés il y a peu comme désespérés sont libérés, le personnel hospitalier commence à avoir envie de venir travailler… Et au bout de trois ans, l’unité pour malades difficiles ferme faute de patients !

Le Dr. Len ne reçoit pourtant jamais les criminels hospitalisés en entretien. Enfermé dans son bureau, il regarde simplement leurs dossiers et travaille sur lui-même. Et plus il travaille sur lui, plus l’état de ses patients s’améliore…

Qu’a donc fait le docteur Len pour réaliser un tel miracle ?

Il a fait Ho’oponopono comme il l’explique à Joe Vitale dans un article et un ouvrage diffusés dans le monde entier : « J’ai simplement guéri la partie de moi qui les avait créés. » Prendre l’entière responsabilité de notre vie signifie que tout ce qui advient au cours de celle-ci relève de notre responsabilité. Simplement parce que cela se produit dans notre vie. Le monde entier est notre création. C’est difficile à comprendre mais si je veux changer ma vie, je dois commencer par me changer moi-même. Pour guérir quelqu’un, même un malade mental qui a commis un crime, je dois me guérir moi-même. À cet effet, le Dr. Len regardait chaque dossier en répétant simplement « Désolé » et « Je t’aime ». C’est tout !

Ho’oponopono : qu’est-ce donc au juste ?

Ho’oponopono est une philosophie de vie et un magnifique outil pour évoluer comme le rappellent Maria-Elisa Hurtado-Graciet et le Dr. Luc Bodin dans Ho’oponopono, le secret des guérisseurs hawaïens (éditions Jouvence, 2011). Le terme Ho’oponopono signifie « corriger ce qui est erroné », « rendre droit », « harmoniser », autrement dit revenir à ce qui est juste. À l’origine, Ho’oponopono servait à régler les problèmes relationnels au sein des communautés. Les personnes concernées se réunissaient pour s’exprimer puis demandaient pardon aux autres pour les pensées erronées à l’origine du conflit. Cette pratique hawaïenne ancestrale nous apprend que nous sommes libres. Elle repose sur le principe que la réalité physique est le produit de mes pensées. Par conséquent, les problèmes, conflits et obstacles que je rencontre dans ma vie émanent des pensées erronées que j’ai entretenues. Car tout existe d’abord en moi, c’est-à-dire en pensées dans mon esprit. Et puisque je suis le créateur de mon univers physique, je peux changer ma réalité si je corrige mes pensées…

Ho’oponopono, un processus de nettoyage

Ho’oponopono, un processus de nettoyage

Comment faire Ho’oponopono au quotidien ?

Ho’oponopono a été adapté dans les années 1970 aux réalités des sociétés modernes par la guérisseuse hawaïenne Morrnah Simeona. Selon elle, tous les êtres humains sont alourdis par leur passé et chaque fois qu’une personne ressent une peur ou un stress, elle devrait prendre la peine d’observer l’intérieur d’elle-même. Elle constaterait alors que la cause de son malaise provient d’une de ses mémoires. « Une mémoire est un programme inconscient, qui a été créé par un événement qu’une personne a vécu dans le passé, ou quelquefois que ses parents ou ses ancêtres ont vécu. Celui-ci est à l’origine de croyances à travers lesquelles sa perception de la réalité est déformée. Car les croyances sont des filtres à travers lesquels nous percevons le monde qui nous entoure », explique Maria-Elisa Hurtado-Graciet. « Les pensées sont le produit de nos mémoires », précise-t-elle.

La version d’Ho’oponopono mise au point par Morrnah Simeona se pratique seul et prend la forme d’un rituel de pardon et de réconciliation avec soi-même. Il s’agit de demander à notre « divinité intérieure » de nettoyer nos mémoires perturbatrices et autres pensées erronées. Pour déclencher le processus de purification, on peut par exemple répéter ce mantra en conscience, en pensant au problème (relationnel, physique, matériel, financier, professionnel) qu’on souhaite régler :

  • Désolé (Je ne savais pas que j’avais cette mémoire en moi.)
  • Pardon (à la vie, à moi-même)
  • Merci (de m’avoir montré le problème que j’avais sans le savoir)
  •  Je t’aime (cf. la vie, mon environnement, mon entourage, mes mémoires et moi-même).

Ensuite, il ne reste plus rien à faire sinon lâcher prise en toute confiance…

Comme le souligne Maria-Elisa Hurtado-Graciet, ce formidable instrument de liberté peut sembler déroutant dans la mesure où il n’est pas nécessaire de connaître l’origine de la mémoire erronée pour qu’elle soit effacée. Nul besoin de décortiquer son conflit pour le résoudre. Ho’oponopono ne diminue cependant en rien la valeur des méthodes thérapeutiques « classiques ». La guérison peut emprunter plusieurs chemins, Ho’oponopono permet juste de cultiver la paix intérieure plus rapidement que d’autres.

“If I change, the whole world changes.” Taitsu Kono  (河野太通)

“All you need is love…”

Ho’oponopono, un raccourci pour trouver la paix interieure

Ho’oponopono, un raccourci pour trouver la paix intérieure

À lire aussi :

Les mystères de la guérison

Loi de l’attraction : comment en tirer parti ?

 

Leave a Reply

(required)